samedi 15 mars 2014

Berkin Elvan : manipulation sur les réseaux sociaux et dans les médias proches du CHP

Les kémalistes à l’origine des émeutes en Turquie continuent à manipuler l’information afin d’enjoliver leur idéologie et leur revendications. C’est au tour du défunt Berkin Elvan de servir de prétexte à la révolte sanglante.

C’était lors des manifestations de Juin 2013 qui avaient tournées en émeutes aux lourdes conséquences, que le jeune adolescent Berkin Elvan avait été blessé par une douille de gaz et hospitalisé depuis. Plongé dans le comas, son décès il y a quelques jours avait servi de prétexte aux kémalistes et aux membres de l’extrême gauche du DHKP-C (mouvement terroriste proche du CHP) de renouveler les émeutes en espérant le même scénario Ukrainien, sans succès. 

Depuis sa mort, les réseaux sociaux se sont enflammés, les médias de propagande du CHP aussi. D’une main, ils ont presque réussi à transformer un adolescent activiste pendant les émeutes de Juin 2013 en un innocent enfant blessé alors qu’il allait chercher du pain. Quelle est la stricte vérité dans cette histoire ? Nul ne le sait vraiment. Mais ce qui est sûr, c’est que les soutiens des émeutes ont longtemps camouflé le fait que Berkin Elvan participait aux émeutes dans le but d’enjoliver l’image des récentes manifestations.

Toutes sortes de montages photos, dessins, et mises en scènes ont été faites. Une photo d’un policier lançant des douilles de gaz contre Berkin dessiné avec un pain dans la main, un dessin de Berkin au paradis avec du pain dans les mains, des manifestants criant le nom de Berkin avec des miches de pain dans les mains parfois maculé de peinture rouge… les kémalistes sont pleins de ressources quand il s’agit de maquiller la vérité. Même les médias proches du CHP tel que l’affabulateur Sözcü n’a eu cesse de rabâcher toujours les mêmes phrases comme quoi « un enfant innocent a été tué alors qu’il allait chercher du pain ».



Si on regarde cette photo haute définition (que certains affirment comme un montage en se basant sur des photos plus médiocres), Berkin Elvan était bien présent pendant les émeutes, équipé d’un lance pierre, avec une écharpe autour du visage.

Pas si innocent que ça donc… La mort, bien entendu il ne l’aura pas mérité, mais il serai encore en vie aujourd’hui s’il serait resté chez lui comme un ado de son âge. Ces émeutes qui n’étaient en rien populaires n’avaient pas à accueillir un enfant pareil. Les parents de cet enfant n’avaient pas à le laisser sortir alors qu’il se passait des choses terribles dehors.

Ethem Sarisülük parmi les émeutiers face au policier

Mort, Ethem Sarisülük aussi ne l’aurait pas été s’il n’avait pas fait partie d’une troupe d’une vingtaine de voyous en passe de lyncher un policier. Cet individu proche de l’extrême gauche turc mourut alors que le policier qui faisait feu en l’air craignant pour sa vie, avait été heurté au bras par un projectile ce qui fit changer de direction son arme. De la même manière, les médias kémalistes ont surmédiatisés l’information comme quoi un policier a tué un manifestant sans prendre en compte les détails de l’événement.

Ethem Sarisülük

Ceux qui tirent les ficelles de ces émeutes tentent donc par tous les moyens de se faire des icones « martyrs » assassinés par l’Etat qu’ils qualifient de fascistes. Leur but est que ces icones deviennent des symboles comme le tunisien qui s’était immolé et qui avait conduit au printemps arabe que tout le monde connaît. 

La violence n’incombe qu’à ceux qui fantasment de l’ère kémaliste dictatoriale.

Partager