samedi 3 mai 2014

Le vin et le mythe du « bon pour le cœur », une légende volontairement entretenue

Ah ces lobbys de la vinasse, qu’est ce qu’ils ne feront pas pour continuer leur privilège qui est de vendre légalement et abondamment une drogue dure… Le comble est qu’ils entretiennent volontairement la légende comme quoi le vin est bon pour la santé. Ces études pour la totalité sont commanditées par des organismes affiliés de prêt ou de loin à des lobbys du vin qui forcément y trouvent leurs intérêts directs.

Les études qui s’efforcent à démontrer les « bienfaits » du vin partent sur le principe que les polyphénols présents sont bon pour le système cardiovasculaire et qu’ils protégeraient des accidents vasculaires. De cette manière, boire un ou deux verres par jour pendant un repas aurait des intérêts question santé. Soit, encore faudrait-il que l’humain puisse se contrôler et qu’il puisse s’arrêter exactement à deux verres de vin sans prendre d’apéritifs à coté ou une petite bière. L’effet additif de l’alcool qui entraîne une dépendance est un fait que personne ne peut nier aujourd’hui. Car au delà, les dangers pour la santé son réels et même, la moindre consommation d’alcool du genre vin ou bière et autres favorisent des cancers comme celui de la bouche, œsophage, foie… La limite est donc très minime et le passage au verre de trop est malheureusement trop fréquent.

Après le danger de la santé, c’est surtout le danger de l’ivresse qui guète autant pour le consommateur lui même que pour son entourage. Plus de 1000 morts par an sur les routes, c’est un chiffre que ne choque visiblement pas les lobbys du vin quand ils osent parler des bienfaits du vin. Les exemples d’accidents dus à l’alcool sont régulièrement relayés dans les journaux locaux et font souvent des victimes innocentes qui passaient au mauvais endroit au mauvais moment. Des familles entières sont décimées à cause d’un chauffard qui a voulu fêter un évènement autour d’une bouteille. Des tas de passagers de conducteurs alcooliques finissent paraplégiques. D’autres sont fauchés alors qu’ils attendaient tranquillement leur bus… Les lobbys du vin ne prennent jamais en compte ces vies déchirés dans leurs études et préfèrent logiquement se focaliser que sur les quelques bienfaits.


A coté de ça, il ne faut pas non plus oublier les violences conjugales, les enfants battus, les viols, les déséquilibrés chez qui l’alcool déclenche des comportements meurtriers, les pères de familles qui se ruinent avec la boisson… Ces faits ne provoquent peut-être pas de morts à court terme, mais ils détruisent des vies, des couples, des enfants et poussent le niveau de vie général d’une société vers le bas. Est ce que les lobbys du vin prennent aussi en compte ces effets néfastes de l’alcool ? Sans doute que non.

Bien sûr il ne prennent pas en compte tout les effets dangereux car en parler viendrait s’ajouter à quelques minables campagnes de préventions. La société française s’est tellement formatée à protéger la culture française du vin qu’elle s’auto censure et préfère ainsi zapper les malheurs des uns afin que ça ne touche pas trop les viticulteurs.

Les bienfaits, s’ils sont présents dans le vin sont aussi présents dans le vinaigre qui est issu, pour le vinaigre de vin rouge du vin rouge comme l’indique son nom. Et de ce fait ils contiennent autant voir plus de polyphénols qui sont si bons pour le cœur selon les études des lobbys. Partant du principe que personne aujourd’hui ne peut se souler avec du vinaigre qui n’est pas une boisson mais un condiment, l’alternative est donc tout trouvé ! Le vinaigre est un met utilisé dans le monde entier et n’a plus l’aspect enivrant du vin. L’Islam qui est ferme sur l’alcool autorise sa consommation et même il l’encourage selon des hatiths : 
  • Quel bon accompagnant [du pain] que le vinaigre (rapporté par Muslim, n° 2051, n° 2052)
  • Quel bon met que le vinaigre. Qu’Allah fasse du vinaigre une bénédiction ! Il était aussi un condiment de prophètes avant moi. Une maison qui a du vinaigre n’a besoin de rien d’autre (rapporté par Ibn Majah)
  • Allahou Taala missionne deux anges à celui qui consomme du vinaigre. Ils prieront et demanderont pardon pour cette personne jusqu’à la fin du repas (rapporté par Ibn Asakir)
Notons au passage que les différentes écoles du courant originel qui est le sunnisme ont les quatre des points de vue différents concernant le vinaigre. Ce site explique ces différences en détail et on comprend mieux les nuances entre les écoles. 

Partant de tout ceci, pourquoi alors cette obsession à vouloir faire du vin et de l’alcool en général un produit glamour qu’on ne cache pas le moindre du monde au yeux des enfants chez qui la présence de l’alcool se banalise ? Récemment même, c’est au « Magazine de la Santé » sur France 5 que se sont invités les promoteurs du vin pour entretenir les « bienfaits » sans jamais parler des méfaits hors-santé. Voilà donc le grand paradoxe français : d’un coté il y a la diabolisation du tabac (à raison) en interdisant sa publicité et sa promotion tout en rendant son prix (presque) prohibitif, et d’un autre coté il y a une banalisation du vin avec de la publicité à outrance dans les magazines, une présence normale à la télévision aux heures de grandes écoutes, des prix attractifs, des campagnes sur les publicité des magasins avec des offres promotionnelles… Bref nous sommes submergés par l’alcool. Pourtant, quand on liste tous les dangers relatifs à l’alcool, ne pas le qualifier comme une drogue dure très dangereuse reviendrait à se mentir à soit même.

Un autre paradoxe concerne le taux d’alcoolémie limite autorisé pour les conducteurs de véhicules motorisés. Malgré le fait que la France entière sache que la plupart du temps il n’est pas possible pour personne de s’arrêter à une bière ou un verre, pourquoi alors continuer à autoriser la conduite en dessous de 0,5 gr/litre de sang ? Ce système n’est en fait qu’un trompe l’œil pour dire qu’il y a de la prévention et de la sanction. En réalité, l’effet préventif n’est que faible car en autorisant un verre avant de conduire, on pousse volontairement le consommateur à tenter un deuxième puis un troisième et ainsi de suite. Et comme l’alcool a un effet addictif inéluctable, ça vous donne des conducteurs ivres qui sont de véritables bombes à retardement prêts à démolir un innocent qui venait malheureusement en face. La véritable prévention serait de dire qu’il ne faut rien avoir bu avant de conduire en limitant le taux d’alcool dans le sang proche de zéro afin de ne pas sanctionner ceux qui ont pris des sirops pour la toux où ceux qui ont mangé des fruits juste après le repas… Oui, manger des fruits après le repas transforme le fruit en alcool dans l’estomac.


Pour en finir avec ce paradoxe bien français qui pense plus à l’industrie du vin qu’aux victimes, nous termineront en faisant le lien avec l’alcool et l’Islam pour conclure que absolument rien n’est interdit dans cette religion par hasard et que chaque sourate, verset et hadith à un sens et une logique implacable.

Sourate 2
  • 219. - Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : "Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité". Et ils t'interrogent : "Que doit-on dépenser (en charité)? " Dis : " L'excédent de vos bien." Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditiez.
Ce verset explique pour ceux qui l’auront compris que le vin a quelques petits intérêts, mais que les problèmes qui y sont liés sont beaucoup plus importants et son interdiction est de ce fait logique.

Sourate 5
  • 90. Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Écartez-vous en, afin que vous réussissiez.
  • 91. Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l'inimité et la haine, et vous détourner d'invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin?
Ces deux versets viennent s’ajouter au premier afin de désigner l’alcool comme l’outil du diable qui mène celui qui le consomme à la perdition dans sa vie et dans ses prières. Ces versets sont sans équivoques par rapport à la réalité et montrent comment cet interdit intervient sans aucun hasard, mais avec des raisons précises. Qui d’autre que le diable voudrait-il que les croyants s’éloignent de leurs prières ?

De la même manière, des hadiths montrent aussi la voie concernant la consommation de l’alcool mais pas que…
  • Toute boisson susceptible d’enivrer est illicite, en si petite quantité que ce soit (rapporté par Al Bukhari et Muslim)
  • Dieu maudit le vin, celui qui le presse, celui à qui on le presse, celui qui le boit, celui qui le prend, celui à qui on le prend, celui qui le vend, celui qui le sert et celui qui à qui on le sert (Hadith rapporté par Al Bukhari)
  • Maudit, est également, celui qui donne le vin à titre gratuit et celui profite des fonds qui reviennent de sa vente (Hadith rapporté par Tirmidhi)
  • Maudit soit celui qui boit, achète, vend du vin ou incite les autres à en boire (Hadith rapporté par Abu Daoud, Ibn Maja et Ibn Hanbal)
  • Il est déconseillé de l’employer comme remède (Hadith rapporté par Muslim et Ibn Hanbal)
  • Celui qui boit du vin et s'enivre, sa prière n'est pas acceptée pendant quarante jours et s'il meurt il entrera en enfer. S'il se repent, Allah acceptera son repentir. S'il pèche de nouveau et le boit sa prière ne sera pas acceptée pendant quarante jours une nouvelle fois. S'il se repent Allah acceptera son repentir et cela se fera trois fois. S'il pèche une quatrième fois, il sera du droit d'Allah de lui faire boire le jour de la résurrection de la sueur des gens de l'enfer. (Rapporté par Abou Daoud, At-Tirmidhi, Annassaî et Ibn Maja (3377). et déclaré authentique par Al-Albani dans Assilisila assahiha [709, 2039, 2695 et 1854] et dans Sahih Ibnou Maja)
Voilà des hadiths qui sont sans ambiguïtés et qui ont autant de valeur que les versets du Saint Coran pour un musulman vis à vis des règles de la vie quotidienne. Malheureusement, il est coutume de voir une autre légende entretenue cette fois parmi les croyants comme quoi l’alcool serait moins grave que la viande de porc. Il l’est tout autant voir pire quand on lit ces hadiths et ces versets. Certains retourneraient la terre entière pour ne pas manger de porc mais se laisseraient bien aller de temps à un ou deux verres lors d’occasions… Quelle contradiction ! De même, il est étonnant de voir des musulmans minimiser à ce point le fait de vendre de l’alcool comme dans les fastfoods, ou le fait d’en servir, ou alors encore le fait de faire les vendanges. Comme l’a énoncé un hadith cité plus haut, tout ce qui touche de près ou de loin à l’alcool est maudit par Allahou taala et s’en éloigner est forcément meilleur pour nous. Chaque musulman sait que les gains qui résultent d’un vol ne sauront rester et s’en iront tôt ou tard d’une façon ou d’une autre. Que penser alors des gains liés à l’alcool puisqu’Allah l’a maudit ?

Ce monde qui n’est que de deux jours comparé à ce qui nous attends dans l’autre monde n’est qu’un étape, et ces « plaisirs » comme l’alcool dans ce bas monde ne sont que des outils de sheitan destinés à nous écarter de nos taches et de nos dettes envers Allah comme la prière, le ramadan… 

Distribution de bières
pendant les émeutes du
Gezi parki d'Istanbul
La Turquie qui est un pays musulman a malheureusement été dirigée 80 années durant par des kémalistes soucieux de se donner une image occidentale et « moderne » en normalisant l’alcool et les autres turpitudes qui n’étaient pas coutumes pendant l’ère ottomane. C’est d’ailleurs Atatürk le dönmeh sabbatéen qui était connu pour son addiction au raki au point d’hurler de douleur avant son dernier souffle suite à une cirrhose. Vouloir donc changer les règles du jeu du jour au lendemain serait chose ardue quand on voit comment les kémalistes ont encore une influence dans la société. La dernière loi concernant l’alcool qui a été voté interdisait son commerce après une certaine heure de la nuit et à proximité des écoles et des mosquées. Cette loi qui venait s’ajouter à celle qui interdisait son exposition à la télévision (même dans les films) a fait polémique et a malgré tout été installée. Une telle restriction aurait été inimaginable 10 années auparavant.

Si la France veut aujourd’hui faire une véritable prévention contre les risques et les dangers liés à l’alcool, elle se doit d’en interdire toute publicité et de lui accorder tout comme la cigarette un prix prohibitif. N’importe qui peut aujourd’hui acheter une bouteille de vin à 1€ ! Une drogue dure pour ce prix c’est comme proposer au même prix un joint.

Voilà la mascarade dont nous sommes spectateurs…

Partager